Posts Tagged ‘République’

h1

République contre Communautarisme : Christine Tasin débat avec Dieudonné

9 février 2011

A lire, ci-dessous, l’édito de Cyrano du lundi 7 février 2011 in Riposte laïque.

Débat Tasin-Dieudonné : République ou

islam, deux projets de société inconciliables

Le débat entre Christine Tasin et Dieudonné est à présent disponible. Chacun pourra voir, pendant une heure d’un débat qui a démarré lentement, avant de s’animer progressivement et de finir sur les chapeaux de roue, deux personnes capables de débattre courtoisement, presque respectueusement, avec des projets de société totalement antagoniques. C’est aussi cela le modèle de la liberté d’expression : défendre ses valeurs, ses choix de société, de vie, sans avoir recours à la menace, à l’anathème, à l’injure ou à l’agression physique.

En effet, Christine Tasin a défendu en permanence un modèle de société issu des Lumières, basé sur la République, la laïcité, la liberté de conscience, la liberté d’expression, et l’égalité hommes-femmes… tout ce que l’islam ne peut pas accepter.

Dieudonné, lui, pour une fois, a peu parlé des Juifs et du complot sioniste, même s’il n’a pu s’empêcher d’y revenir deux ou trois, (il lui faut bien préserver son fonds de commerce, et se pavaner devant ce qu’il appelle le discours révolutionnaire du Hamas… Oubliant juste de préciser que sa charte prévoit l’extermination de tous les Juifs, et la disparition d’Israël !).

Il a commencé à se dire chrétien, tout en précisant que les chrétiens et les musulmans ont des intérêts communs, et que le Christ est un prophète de l’islam.

Ensuite, il a joué le croyant tolérant, face à la méchante athéiste Christine. Il a continué sur les Lumières, qui auraient été esclavagistes et colonialistes.

Naturellement, selon lui, l’islam est une religion d’amour et de paix, la preuve, tout le monde peut devenir musulman, alors, elle n’est pas accueillante, cette religion ?

DEUX LECTURES DE L’ISLAM…

Il a continué par un numéro sur la liberté, style chacun fait ce qui veut, et les prières dans les rues, c’est beau, pas vrai, des hommes qui honorent leur Dieu dans un message de paix, les yeux vers le ciel (Christine a répondu que c’était plutôt leurs fesses qui étaient vers le ciel).

Il a enchaîné sur l’école, partisan du libre choix de l’élève : si une fille, pour des raisons religieuses (ou de prétendue pudeur, ce qui, pour l’islam est la même chose : la honte associée au corps de la femme) ne veut pas aller à la piscine, elle doit en avoir le droit, comme celui qui, en désaccord avec le contenu du cours d’histoire, qui ne correspondrait pas à sa propre histoire ou à sa conception de l’histoire doit avoir le droit de ne pas y mettre les pieds…

Evidemment, cela crève les yeux, le discours, souvent confus par ailleurs, d’un Dieudonné est d’abord totalement antagonique avec la République laïque, et bien plus proche du modèle communautariste anglo-saxon. S’appuyant sur une conception dévoyée de la liberté, il encourage les musulmans, sur le territoire français, à ne pas respecter les règles du pays, et à imposer les leurs, en refusant, par exemple, les cours qui ne seraient pas compatibles avec leur vision de la religion (sports, histoire, sciences naturelles) et en les encourageant à multiplier les prières publiques dans nos rues, au nom d’un acte d’amour à Allah le miséricordieux !

DEUX VISIONS DES PRIERES MUSULMANES ILLEGALES

Il est clair, devant ce débat, que chacun des protagonistes a un but et un public défini et que ce qui les oppose est indépassable. Christine Tasin s’adresse à tous, républicains, musulmans, hommes, femmes… pour essayer de convaincre les uns et les autres de la grandeur et de la nécessité du modèle républicain, universaliste, incompatible avec l’islam parce que seul capable de rassembler sous la bannière de la liberté et de la tolérance quand Dieudonné cherche à prouver aux seuls musulmans (et à quelques chrétiens sur les bords) qu’il est bien avec eux et que la lutte, pour lui comme pour eux, c’est la lutte contre la France, ses valeurs, son histoire, ses fondements de « République une et indivisible ». Il nous a ainsi montré le visage inquiétant du communautariste qui s’élève en juge et ose refuser le vivre ensemble au nom de ses croyances, de ses options philosophiques… Il nous a montré, que, pour lui comme pour ses pairs, il n’y a, actuellement, que deux options en France : contester les lois et les règles et refuser de les suivre et, quand les dhimmis et collabos de la République auront accepté et pris leurs desiderata comme principes, imposer l’islam, c’est-à-dire la soumission, à tous.

Publicités
h1

4 videos incontournables de Ayan Hirsi Ali

23 janvier 2011

Elle y explique très bien la différence entre l’islam et les autres religions (si tant est que l’islam soit une religion…) et en montre les conséquences.

h1

Tunisie, communiqué de Résistance républicaine : tout est possible, mais le pire est à craindre…

18 janvier 2011

Nous saluons d’abord le courage du peuple tunisien qui s’est mobilisé contre l’oppression, et ce, sans mettre immédiatement en place un tyran à la place d’un autre.

Nous, républicains, sommes toujours heureux lorsque, dans le monde, les valeurs universelles dont nous sommes porteurs, celles de liberté, d’égalité et de fraternité, dépassent le cadre de l’Hexagone et voient le jour ailleurs. Nous rappelons à ce sujet aux musulmans vivant sur notre territoire que c’est grâce à la laïcité et à nos valeurs, pourtant piétinées par les préceptes islamiques,  que la liberté existe, pour eux, comme pour nous.

Nous souhaitons de toutes nos forces que la Tunisie et les autres pays du Maghreb fassent reculer l’oppression des dictateurs sans mettre en place un pouvoir islamiste qui serait pire que celui dont ils aspirent à se débarrasser.

Néanmoins, nous sommes très inquiets, car ce sont les Américains  qui ont donné le feu vert à l’armée et on peut craindre qu’une fois de plus, et comme  souvent,  ils ne soient les complices de l’instauration d’une satrapie islamique.

En effet, bien que Ben Ali ait exercé un pouvoir corrompu et dictatorial, et ait accordé beaucoup de gages aux islamistes  il y avait moins de femmes voilées en Tunisie que dans les autres pays du Maghreb.

Or, on manifeste à Tunis pour le retour du Califat, il y a des femmes voilées et des « allah akbar » dans les manifestations et  le chef du mouvement islamiste interdit Ennadha a déjà annoncé son retour.

A Résistance républicaine, nous aimerions pouvoir espérer, mais nous ne partageons pas l’optimisme d’un certain nombre d’associations ni celui de Jean-Pierre Chevènement qui pensent que les idéaux républicains et démocratiques  sont compatibles avec la tradition islamique.

En effet, les élections libres dans le monde musulman donnent le plus souvent l’avantage aux partis islamiques comme en Algérie, en Palestine et ailleurs. Quant aux régimes les plus « républicains », ils ne  peuvent tragiquement perdurer qu’en l’absence de démocratie et par une répression féroce. C’était le cas de la Tunisie, de l’Irak de Saddam Hussein, c’est le cas de la Syrie. C’est dans ce type de régime que les chrétiens d’Orient sont relativement moins persécutés. Pour que la Syrie ne bascule pas dans les affres de la « religion d’amour de tolérance et de paix » Hafez el Assad a employé les grands moyens. Il a en 1982 bombardé la ville de Hama, fief des Frères musulmans, durant 27 jours de siège. Le bilan a été le tiers de la ville détruite et de 10 000 à 30 000 morts selon les sources. Il a rasé une partie de la ville de Hama,  ( à l’époque on a cité le chifre de 4000 à 8000 morts), en représailles  à une attaque des islamistes d’une caserne d’officiers cadets ( à majorité alaouite)  dans la ville d’Alep au nord de la Syrie (370 morts) et suite à une tentative de coup d’état partant de Hama.  

Nous avons en France réchauffé l’œuf du serpent. L’application de la charia n’a pas encore atteint le niveau de celui du Royaume-Uni avec entre autres l’instauration de tribunaux islamiques, mais elle est inexorablement en marche avec par exemple la généralisation de l’imposition de la monstruosité de la viande « halal » y compris aux non musulmans et par une série d’aménagements réglementaires cet été pour introduire la charia dans l’économie par le biais la finance islamique.

La démocratie et la République sont en danger en France en raison de la progression de l’islam ; quant à la Tunisie, on peut toujours espérer !

Pour Résistance républicaine,

Pascal Olivier et Christine Tasin

h1

Pour tout savoir sur le financement des mosquées

4 décembre 2010

Lire  l’extrait du Cri du Contribuable n° 91 Financement des mosquées